VOIX DE VILLON

On m'a souhaité cloître

Mais ne crois

      au cercle parfait / Plus d'espoirs près du puits / du jardin ceint de colonnes / je pars toujours chercher

Les noyaux des fruits

flétris

Et les rues ouvertes sans même d'herbe verte

seuls les noyaux repoussent, dit-on!

Et les fruits disparaissent, mais ils sont
                                         chair de mémoire
                         
                               Chacun son éphémère

La langue se souvient autrement que la terre

Et

si l'on arrache mes feuilles

Vertes

reste ce qui pulse

ma sève sans écorce

c'est la vie sans idée
               Elle


                    bouge quand même

sans progrès

Je suis cette artère

JE VOIS TOUT POUR LA PREMIÈRE FOIS

Laure Gauthier