LA RIVIÈRE - MON PÈRE- LE PHÉNIX

« caresse des rivières » disait mon père
« au lieu des lacs »
avec ses yeux cultivant l’azalée

ma soif était une jument à la crinière rouge
ma recherche, une gourde remplie d’eau
lorsque je me suis mise en route
avec les phénix qui ont perdu leurs contes

j’ai caressé des rivières papa
au lieu des lacs
la couleur de mes yeux s’est changée tous les jours

ma clé n’a ouvert les portes
d’aucune des quarante chambres
mais j’ai porté des chapeaux
j'ai dit à Raiponce l’aisance des cheveux courts

je dors avec des rivières la nuit
la voie dans mon balluchon
dans mon rêve le jardin

Özlem Tezcan Dertsiz